Les Membres

Pierre Collin
J'aime aider les gens de manière générale. Connaissant Alain depuis quelques années et étant admiratif de son implication à venir en aide à la population africaine, j'ai de suite été tenté par son projet d'association. Par rapport aux projets, je n'ai pas vraiment défini dans lesquels je veux m'investir, car tout projet est intéressant même si j'ai un penchant pour l'alimentation. Je compte utiliser mon métier de Pâtissier Chocolatier pour récolter des fonds et je souhaite également participer à l'organisation de soirées événementielles.
Alain Richard
Depuis plus de 5 ans ma famille œuvre en Afrique de l’ouest. J’y ai découvert ma vocation lors d’un voyage en 2011. Je souhaite maintenant partager ces moments exceptionnels au sein d’un collectif, pérenniser les actions et les multiplier car les besoins sont immenses. En partageant mes actions déjà réalisées et en mettant en place les actions à venir, je transmets ainsi mon expérience de 25 ans de relations africaines. Je vérifierai également la mise en place des projets lors de mes séjours sur place.
Pauline Rault
Je m'appelle Pauline, j'ai 20 ans et je suis en école infirmière ! J'adore découvrir de nouvelles cultures et vivre des nouvelles expériences. Cela fait déjà longtemps que je souhaite m'investir dans une association humanitaire. Je connais peu de choses de la culture africaine et pour moi cette association va me permettre d'en apprendre plus. J'aime venir en aide aux gens et leur apporter du bien-être, ce qui fait écho à mon métier. J'espère également un jour pouvoir aller sur le terrain et rencontrer tous ces gens dont Alain parle tant et pouvoir accomplir des petits projets dans le monde de la santé notamment.
Bertrand Médard
Soucieux des conditions de vie dans lesquelles évoluent certaines populations, je désirais devenir acteur d’un projet solidaire et humain.  Aujourd’hui je souhaite participer aux actions de ce collectif, donner de moi-même mais aussi tirer plaisir de cette expérience riche de sens à travers le monde associatif. Actuellement toujours en formation, je travaille et j'accompagne des populations en difficulté, par le biais du soin et de l’éducation, c’est en priorité sur ce dernier point que je souhaiterais travailler au sein du collectif.
Marie Girard
Fascinée par les cultures du monde entier et plus particulièrement par les cultures africaines, je rêvais depuis longtemps d'intégrer un projet humanitaire. Intégrer le collectif me permet d'aider ceux qui en ont besoin, de découvrir et de m'enrichir au travers des rencontres. Passionnée par l'infographie, la photographie et la musique, je participe déjà à la réalisation des supports de communication nécessaires au collectif. A moyen terme, je souhaite aussi mettre en place des petits concerts privés locaux afin de récolter des fonds et renforcer nos actions sur le terrain, ici à Chinon et en Afrique.
Mory Diakhaby
Mory, 27 ans Africain, je suis arrivé en Europe en 2013, j’ai rencontré des gens impliqués dans des actions humanitaires, leur dynamisme et leur enthousiasme m’ont donné envie de les rejoindre. Quand j’ai entendu parler du collectif «Sourires d’Afrique », je me suis senti concerné. Voir l’Afrique sourire me faire rêver. Je ressens un lien fort avec ce collectif, c’est un moyen pour moi de rester en contact avec l’Afrique et d’être acteur de belles actions.
Sylvaine Onno
Maman, je me suis consacrée à mes enfants qui maintenant voguent vers des horizons lointains ! Moi-même je suis très attachée à découvrir différentes cultures et apporter ma modeste contribution à des projets humanitaires. Je suis enchantée de rejoindre "Sourires d'Afrique" afin de développer des actions concrètes auprès de populations dans le besoin. Je suis prête à donner de mon temps et de mon énergie afin d'organiser des actions dans le but de récolter des fonds et de promouvoir des aides diverses. Il me tient à cœur le sort des petites filles dans certains pays. Avec de l'engagement et du cœur, nous pourrons faire de belles choses...
Virginie Salaun
Après de nombreuses conversations avec Alain RICHARD sur ses actions mises en place lors de déplacements en Afrique (et plus précisément au Burkina Faso et en Côte d’Ivoire) et son choix de les développer en créant le collectif Sourires d’Afrique, mon intégration dans ce projet m’est apparue comme une évidence. Certes, mon expérience dans le domaine de l’humanitaire est plus que limitée mais elle ne peut que s’accroître et en travaillant tous main dans la main, on est capable d’accomplir l’impensable. Pour ma part, nos projets ont pour but de développer l’économie locale notamment par la scolarisation (qui est la base), l’exploitation des ressources disponibles sur place (la noix de coco,…), l’apport de technologie (panneau solaire, four solaire,…). Avec l’expérience acquise dans le domaine du traitement des eaux (eau potable comme assainissement) par mon métier, j’espère pouvoir apporter et transmettre mon savoir grâce à notre collectif. Mais dans un premier temps, je souhaite mettre en place des actions pour récolte des fonds pour le développement de nouveaux projets comme des concerts, des collectes participatives, des ventes de pâtisseries, …
Thomas Koudité
J'aime Sourires d'Afrique parce ma mère m'a toujours appris à sourire. Elle m'a dit c'est l'une des clés du bonheur car sourire ou fais sourire les autres apporte de la joie. Et j'ai aussi été très marqué par les membres du groupe ils m'ont fais comprendre qu'il y a des personnes dans ce monde qui ont du coeur et qui réfléchissent. Venant forcement quartier défavorisé on a envie d'aider les autres à s'en sorti car vivre en communauté est culturel chez nous et aujourd'hui j'ai la chance d'intégrer un groupe ayant les mêmes ambitions que moi. Se soucient de la cause des autres du bien-être des autres. Aujourd'hui je suis fière d'être membre de ce groupe je me mets à l'entière disposition du groupe merci.
Alexia Tanno
Depuis longtemps, j'entends parler d'associations humanitaires mais je n'ai jamais eu l'occasion de m'investir pleinement dans l'une d'elles. J'ai toujours aimé prendre soins des autres, être à leur écoute et leurs apporter tant que possible, du bien-être. En tant qu'étudiante infirmière, l'amélioration des conditions de soins dans les pays africains me tient beaucoup à cœur. Afin de réaliser un rêve, j'aimerai plus tard aller au plus près de la population africaine pour apprendre, découvrir leur culture et leur apporter mon soutien et mon expérience dans le domaine médical. Malgré la distance, mon but principal est de faire connaitre l'association. Pour cela, rien de mieux que la communication et les réseaux sociaux. Je compte bien faire tout mon possible pour récolter des fonds afin de réaliser un maximum de projet. "Parce qu'aujourd'hui, il est inacceptable qu'un enfant souffre et meurt de faim, parce qu'il suffit parfois d'une simple information pour sauver de nombreuses vies, parce que tous les peuples du monde devraient pouvoir avoir accès aux soins médicaux minimum et enfin, parce que la santé est un élément important du développement humain".
Louise Guillon
Je suis étudiante en Psychologie et pendant les vacances, j’aime travailler au centre de loisirs auprès d’enfants ainsi que partir en voyage dès que possible. Mes voyages en Inde et aux Etats-Unis m’ont permis de découvrir de nouvelles cultures, d’aller à la rencontre de l'autre, de ses différences. J’ai eu la chance de pouvoir participer au quotidien d’enfants vivants dans un orphelinat (enfants des rues de Pondichéry). J’ai aimé les échanges avec les enfants, les sourires partagés, ils m’ont fait découvrir leur lieu et mode de vie, leur jeux. Ces expériences m'ont donner le goût du voyage, l'envie de partir mais cette fois en donnant du sens : tisser des relations solidaires et d’entraide, dans un but social et humanitaire. C’est pourquoi je souhaite m’engager dans cette association, faire mon possible pour apporter mon aide, garder une vision positive, puis certainement proposer des projets par la suite. Grâce aux contacts d’Alain, je pars avec l’association « vivre dans l’espérance » dans un orphelinat au nord du Togo (Dapaong) en Mars/Avril 2017.
Laure Hennebel
Alexis Leblanc
]